MARSEILLE de Florent Emilio-Siri

J’ai assisté comme tout le monde au lynchage médiatique de la première (et sans doute dernière) série Netflix « Française » (sans doute aussi française qu’une toyota) : pas trouvé un seul média ou « twitosse » qui en dise du bien, malgré un casting alléchant (même si Siri est pas au meilleur de sa forme ces derniers temps) et le gage de « qualité » Netflix. Quelques mois plus tard, après avoir visionné l’intégralité de la série (comme à Télérama) je suis en mesure de dire que c’est bien des enculés quand même les médias.

C’est des enculés car ils vont se pamoîser à n’en plus finir devant la prétention abyssale de DIVINES et de sa vision des cités françaises qui arrange bien tout le monde (cf mon article d’investigation précédent) alors que MARSEILLE est bien plus pertinent à ce niveau en opposant une classe politique qui n’en a rien à foutre de la banlieue (du moins en dehors des campagnes électorales) et des banlieusards qui même avec la meilleure volonté du monde sont implacablement ramené à leur marginalité sociale entretenue par justement les médias avec l’aide des politiques et des caïds (qui n’ont que des préoccupations individualistes, exactement comme les politiques). Ce que MARSEILLE dénonce en substance c’est le double discours sur la banlieue : oui c’est un échec et il n’y a aucune espèce de salut possible, mais c’est bien pratique pour exercer et une pression sociale et politique.

C’est des enculés car si on suit un peu l’affaire Bygmalion (qui est relayée ad nauséam par ces mêmes médias), ce sont les mêmes ficelles que dans le scénario de MARSEILLE : fausses factures, trahisons, utilisation de la mafia, et j’en passe. Alors c’est quoi le problème avec MARSEILLE ? C’est trop français pour vous ?

C’est des enculés car ils disent que les acteurs sont mauvais (sauf Depardieu bien sûr parce qu’ils ont peur de se faire taper)(alors que c’est le pire). Non les acteurs ne sont pas mauvais, ils jouent des politiques qui façonnent leur gestuelle, accent, vocabulaire, etc… en suivant des conseils d’agence de com’ parisiennes. Comme les politiques ne sont pas eux-mêmes des acteurs ils essayent de mettre en oeuvre ces conseils au quotidien avec plus ou moins de réussite. L’effet saute aux yeux dans MARSEILLE car ils jouent aussi dans leur vie privée, ce qui amplifie cette impression que tout est faux. Si il vous faut une preuve supplémentaire, la sculpture sur le bureau de Magimel rappelle que les deux protagonistes partagent un même visage qui est en fait un masque blanc, sur lequel le public doit projeter sa propre image. C’est un jeu de poupées russes avec du sexe et des médias, le cocktail que les médias préfèrent car il fait vendre du papier. Alors c’est bien des enculés de cracher dans la soupe quand une série leur balance leur propre merde au visage.

Et enfin c’est des enculés car il y a plus de mise en scène dans 5mn de MARSEILLE que dans toute les séries Canal portées aux nues comme LE BUREAU DES LÉGENDES et ses trois cadrages différents en 3 saisons. Il est intéressant de constater que ces mêmes médias ne trouvent pas absurde qu’un espion français infiltre Daesh en 24h après une psychanalyse dans le 16e.

MARSEILLE n’est certes pas le THE WIRE français, mais conspuer une série française qui affiche des ambitions cinématographique avec un tel degré de mauvaise foi est révélateur du climat actuel de la création audiovisuelle en France, coincée entre un historique folklorique et des aspirations américaines. On est encore loin de nos voisins européens comme l’Angleterre ou le Danemark qui ont depuis quelques années réussi à imposer leur vision de la série au reste du monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *